Compétiton Auto > BMW M3 GT2 Jeff Koons, le kitsch et le néo-pop américain au Mans
BMW M3 GT2 Jeff Koons, le kitsch et le néo-pop américain au Mans

BMW M3 GT2 Jeff Koons, le kitsch et le néo-pop américain au Mans

La BMW M3 GT2 Art Car a été présentée en première mondiale le 1er juin 2010, soit à peine deux semaines avant la course des 12 et 13 juin 2010, au « Centre Pompidou » à Paris.

En avril 2010, BMW renouait avec une tradition de son histoire en sport automobile. La marque annonçait une collaboration avec le plasticien et sculpteur de style kitsch néo-pop américain Jeff Koons. Ce dernier allait créer pour BMW une livrée très colorée, inédité, donnant naissance à la BMW M3 GT2 Art Car.

Une M3 GT2 conçue par Jeff Koons comme une « sculpture roulante ».

L’Américain Jeff Koons, l’un des artistes les plus connus et les plus renommés de son époque, a présenté en avril 2010 ses premières créations à New York.

BMW M3 GT2 Jeff Koons

La 17e Art Car BMW se démarquait d’emblée par ses couleurs, nombreuses, et la recherche d’un effet de vitesse voulue par l’artiste. En relançant cette initiative de proposer des livrées artistiques pour les 24 Heures du Mans, BMW poursuivait alors une longue tradition qui a débuté en 1975. Le commissaire-priseur et pilote de course Hervé Poulain avait alors eu l’idée de faire décorer des voitures de la marque par des artistes de renom. Alexander Calder a ouvert la voie avec la BMW 3.0 CSL. Frank Stella, Roy Lichtenstein et Andy Warhol ont suivi jusqu’en 1979.

Toutes ces véhicules ont pris le départ des 24 Heures du Mans. Le plus grand succès sportif d’une Art Car BMW fut à mettre au crédit de la BMW M1 dessinée par Warhol, qui a terminé à la 6e place au général.

Une première à Paris avant Le Mans

La BMW M3 GT2 Art Car a été présentée en première mondiale le 1er juin 2010, soit à peine deux semaines avant la course des 12 et 13 juin 2010, au « Centre Pompidou » à Paris. Koons a dévoilé et signé lui-même la voiture, tout comme Roy Lichtenstein l’avait fait en 1977 avec la version de course de la BMW 320i Groupe 5. Le numéro 79 que porta la BMW M3 GT2 lors de sa participation au Mans était, autre clin d’œil, un hommage à la voiture de 1979 dessinée par Warhol.

À voir aussi  Où regarder les 24h de Daytona 2023 ?

Pendant la réalisation du premier concept, Koons s’est notamment intéressé à l’histoire du graphisme des voitures de course, à la représentation artistique des explosions de lumière et de la vitesse. Le résultat est un projet qui combine ces différents aspects et donne ainsi une impression d’énergie, de mouvement et de lumière.

BMW M3 GT2 Jeff Koons

L’œuvre d’art automobile développée par Koons se présente dans les couleurs saturées typiques de l’artiste sur un fond noir, créant ainsi un fort contraste avec l’intérieur argenté de la voiture, également choisi par l’artiste lui-même. La BMW M3 GT2 de Koons dégage un dynamisme qui s’exprime pleinement, même lorsqu’elle est immobile.

Une œuvre d’art qui n’a pas brillé en course

Mario Theissen, directeur de BMW Motorsport, n’a pas manqué de commenter ce projet, et y voyait déjà l’assurance que l’on reparle de la voiture, bien des années plus tard : « Le Mans est l’un des événements les plus importants du sport automobile international et constitue donc la scène parfaite pour faire revivre la tradition des Art Cars BMW. L’œuvre de Jeff Koons laissera une impression durable au spectateur, même après la participation de la BMW M3 GT2 à la course« .

BMW M3 GT2 Jeff Koons

« Pour nous pilotes, c’est un grand honneur de participer au Mans avec l’Art Car. Je trouve déjà nos voitures très esthétiques dans leur forme normale. Mais ce que Jeff Koons a créé avec la M3 GT2 est sensationnel. Nous ferons tout pour que cette œuvre d’art fasse également bonne figure sur le plan sportif lors du retour des Art Cars au Mans » expliquait Andy Priaulx avant le début de la semaine mancelle. La voiture fut malheureusement contrainte à l’abandon après 53 tours seulement. A 19h22, la BMW est au ralenti sur la piste, et Tom Kristensen sort sur une Audi R15+ en tentant de l’éviter. L’Art Car parvient à regarder son stand, mais c’est l’abandon, sur panne d’essence.