110 km/h sur autoroute : « Ce n’est pas la bonne solution » selon Elisabeth Borne

Actualités > 110 km/h sur autoroute : « Ce n’est pas la bonne solution » selon Elisabeth Borne

Pour Élisabeth Borne, « imposer aux Français » les 110 km/h « n’est pas la bonne voie« .  La Première Ministre a clairement confirmé qu’elle ne poursuivait plus l’idée de limiter la vitesse sur autoroute à 110 km/h contre 130 km/h actuellement pour rechercher une meilleure sobriété énergétique . « Le défi climatique nécessite des transformations radicales mais la charge ne peut pas peser que sur nos concitoyens » a insisté Élisabeth Borne.

110 km/h sur autoroute, pas une solution

Pour lutter contre le réchauffement climatique, de nombreuses pistes sont explorées. En matière de transport, c’est notamment la limitation actuellement en place sur le réseau autoroutier qui faisait l’objet de recherches. Rouler moins vite, cela permet de réduire la consommation de carburant et donc les émissions qui en sont induites. Voilà comment le projet de passer la vitesse maximale sur autoroute à 110 km/h avait germé ces dernières semaines. Mais, finalement, il n’en sera rien.

« Quand on passe de 130 km/h à 110 on réduit de 20 % sa consommation » a expliqué Élisabeth Borne sur le plateau de BFM TV. « De la à l’imposer aux Français… Je pense que ce n’est pas la bonne solution« .

Une sensibilisation à la consommation de carburant

Le discours de la Première Ministre se veut en rupture avec la politique répressive habituellement appliquée en matière de déplacements. Pourtant, selon une récente étude, une majorité de français était prête à faire l’effort de réduire sa vitesse sur autoroute pour lutter contre le réchauffement climatique. Finalement, face à une relative impopularité et grogne possible – dans un contexte déjà tendu par la pénurie de carburant et la hausse des prix – décision est prise de ne pas aller plus loin.

« Je pense que c’est important d’informer sur les économies qu’on peut faire en roulant moins vite, sur l’intérêt que ça peut présenter pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais on ne peut pas fonctionner à coups d’interdiction » a ponctué Élisabeth Borne.

Crédit photo : Twitter Élisabeth Borne