Dix Mille Tours du Castellet 2011

Stéphane Clair : F1, Endurance, Clubs, l’avenir du Circuit Paul Ricard

Le cadre splendide du Circuit Paul Ricard

A l’occasion des Dix Mille Tours du Castellet, Stéphane Clair, nouveau directeur du Circuit Paul Ricard, nous a accordé une entrevue pour parler de l’avenir du tracé Varois, avec en toile de fond, bien entendu, la Formule 1.

« J’identifie deux grands défis. Garder le cap donné par Gérard Neveu, avec des installations de qualité et un service performant. Nous visons l’excellence pour être à la pointe de ce qui se fait en matière de circuit auto et moto. Le deuxième défi, en conservant cela, est de pouvoir s’ouvrir au grand public, et devenir un lieu d’exception pour le sport mécanique en général » explique, avec le sourire, Stéphane Clair. A la tête du Circuit après le départ de G »rard Neveu à l’Automobile Club de l’Ouest, Stéphane Clair est conscient de la situation. Le Circuit Paul Ricard jouit d’un cadre splendide, au milieu des montagnes, sous un ciel presque toujoues bleu, et est reconnu comme Le lieu High Tech. Reste à y faire venir du monde… sur, et en dehors de la piste.

Un Circuit ouvert 300 jours par an

Le Circuit Paul Ricard aujourd’hui c’est presque 300 jours d’ouverture par an. « Grace à la météo, aux installations performantes, à surout la sécurité. C’est un critère essentiel lorsque l’on veut rouler sur circuit avec de belles auto sans les abimer, et c’est le principe des journées club. Le circuit possède un tracé intéressant, et est protecteur avec ses « run off », qui évitent que les voitures viennent percuter un rail ou un mur.

La sécurité au coeur du circuit Paul Ricard

Nous avons ainsi très peu d’incidents lors des journées d’essais. Nous avons des équipes en permanence pour gérer la piste, un centre médical de haut niveau… Nous garantissons un dispositif complet, pour se faire plaisir, sans risque ». Une piste qui possède une histoire, accessible pour rouler. Que demander de mieux ! Le succès de ses rendez-vous de clubs témoigne de l’attachement des passionnés au HTTT qui n’hésitent pas à faire le déplacement pour y rouler.

Les fameux "Run Off" ultra sécurisant du Circuit Paul Ricard

Après le retour du public fin 2009, le circuit évolue timidement pour accueillir des spectateurs. 70000 personnes lors des World Series by Renault (meeting gratuit) et à peine plus de 10000 aux Dix Mille Tours du Castellet (20€ l’entrée), la fréquentation est variable. « L’idée que j’ai est d »ouvrir le circuit encore plus, avec une plus grande fréquentation. Aujourd’hui, il était indispensable de le réouvrir, les portes sont grandes ouvertes, à nous d’organiser de beaux spectacles« . Stéphane Clair affirme sa volonté de créer l’évènement, et de rendre le Circuit attractif, de faire de ses installations un cadre de rencontres, de fête. « Au mois de novembre 2012, nous relançons les Deux Tours d’Horloge avec le V de V, ce qui veut dire que l’on va voir des voitures tourner jour et nuit« . Des 24 Heures du Paul Ricard ressuscitées, voila une belle idée, d’autant que l’endurance possède une place importante.

Audi et Peugeot utilisent fréquemment le Circuit Paul Ricard en essais

« Pour la partie essais, toute l’année, le circuit sert de base aux grandes équipes (Peugeot mais également Audi utilisent le circuit dans différentes configurations pour essayer de simuler Le Mans), mais il y a aussi de grandes compétitions programmées. Les Le Mans Series, la Blancpain Endurance Series l’an prochain, il y a déjà des rendez-vous Endurance« .

Bientôt la Formule 1 au Circuit Paul Ricard ?

Le sujet chaud lorsque l’on parle du Circuit Paul Ricard en 2011, c’est bien entendu le retour possible de la Formule 1. En alternance avec le Grand Prix de Belgique à partir de 2013, le Grand Prix de France semblait presque signé en août dernier lorsque le circus de la F1 se retrouvait en Belgique. Mais depuis, c’est le point mort. « Nous ne sommes pas décisionnaires en la matière. Si la France décidait d’accueillir un Grand prix nous en serions heureux, et si la France décide de le faire ici, nous serions très heureux. La F1 n’est pas primordiale pour notre développement et notre vie quotidienne. En revanche, en tant que passionné, il me semble que le retour de la Formule 1 en France est quelquechose de vraiment intéressant, pour l’image du pays, la passion, et faire vivre le sport auto » confie Stéphane Clair.

Grand Prix de France au Paul Ricard

Décision politique d’attendre avant l’annonce du GP de F1, véritable difficulté à trouver un business model, ou possible rachat du Grand Prix de Belgique par Gérard Lopez, patron de Lotus Renault GP… Quoi qu’il advienne, dans le Sud, on attend la Formule 1, avec un circuit taillé pour les monoplaces des Vettel, Button et autres Hamilton. « Nos installations sont déjà adaptées. Le circuit est homologué, nous avons les plus hauts degrés d’homologation de la F1 car lors de sa reconstruction, il a été pensé dans ce sens. Il nous reste à imaginer l’accueil du public. Il y a tout un travail pour placer des tribunes, des salles de presse. Il y a souvent des F1 ici, Lotus GP vient souvent nous voir, il y avait une Renault F1 lors des World Series, et des baptemes F1 existent ici. Nous avons actuellement une quinzaine de jours de roulage F1 par an. Nous ne sommes pas étrangers à la F1, seulement au Grand Prix… Il faut attendre et espérer !«