sls-amg-gt3

Mercedes SLS GT3, un air de 300 SLR ?

Mercedes SLS AMG GT3, héritière de la 300 SL ?

Mercedes SLS AMG GT3, héritière de la 300 SL ?

Mercedes a profité du début de la commercialisation de son modèle SLS AMG pour révéler une version GT3 de cette auto. Une belle surprise que de voir ce modèle très évocateur du passé décliné en version sport, car cela laisse présager de belles choses… et pourquoi pas les 24 Heures du Mans ?

Développée pour répondre au règlement de la catégorie GT3 définie par la FIA, la SLS AMG GT3 est une voiture dont la vocation est d’être engagée par des clients, dans des courses de type sprint, comme dans le cadre du championnat FIA GT3, ou des courses d’endurance, comme les 24 Heures de Dubaï ou les 24 Heures du Nurburgring. Le choix du GT3 n’est d’ailleurs pas anodin car c’est dans cette catégorie que l’on retrouve un des plateaux les plus varié, mais également un budget « maitrisé », ce qui permet des plateaux toujours fournis.

AMG se lance ici dans une belle aventure avec ce projet. La branche « performance » de Mercedes va en effet gérer le développement, la production et le marketing de cette SLS AMG. On ne pourra pas la voir cette saison, mais son arrivée est déjà confirmée pour 2011. « Les ventes devraient commencer à l’automne 2010, et l‘homologation complète sera validée à temps pour la saison 2011 » explique Mercedes dans un communiqué. Toujours selon Mercedes, cette version GT3 répond à une demande forte de clients, qui souhaitaient que la marque s’implique en GT3. On en déduit donc que les équipes qui vont engager cette SLS GT3 ne vont pas se faire attendre avant d’annoncer leur choix.

[nggallery id=23]

La SLS AMG GT3 évoque bien entendu une page historique de la marque, et nous replonge dans les années 50. Comment ne pas faire le parallèle avec la Mercedes 300 SL de 1952, première du nom à faire entrer les portes papillon dans l’histoire. A l’époque, le choix des portes papillon (ou ailes de mouettes, c’est selon) avait été fait pour résoudre un problème d’accès à bord posé par le treillis tubulaire latéral, léger, mais encombrant, faisant office de longeron e châssis.

La victoire historique de la 300 SL dans la Carrera Panamericana (avec Klink et Klenk) a établi la marque aux Etats-Unis, sans parler de la victoire au Mans, la première dans la Sarthe d’une marque Allemande, 18 ans avant Porsche. Le Mans, il n’en n’est pour le moment pas question. L’ACO, qui a récemment affiche clairement son soutien au GT2, ne semble pas destiné à accueillir des voitures aux spécifications FIA GT3… Mais les choses peuvent changer ! Une position claire devra de toute façon être prise dans les années à venir, notamment pour simplifier toutes ces catégories GT, qui vont du GT1 au GT4…

Quoi qu’il en soit, ce retour de Mercedes au plus haut niveau de la course (hors F1) est à prendre comme un événement historique. En effet, si la marque Allemande fut très active dans la première moitié du 20e siècle, depuis près de 50 ans, les « grandes dates » de Mercedes en sport auto sont rares. Après la fabuleuse année 1955 qui voit six grand prix revenir à Stirling Moss sur la W196, le championnat du monde pour Fangio et la victoire aux Mille Miglia pour Moss et la 300 SLR, il a fallu attendre longtemps. 1988, le retour de mercedes, avec une victoire dans le championnat du monde des voitures de sport en 89-90 (victoire au Mans 1989). Puis 10 ans après, ce fut l’apparition de la CLG GTR, et de la CLR, souvenir encore douloureux et difficile à effacer. Plus de 10 ans après, revoila Mercedes dans l’actualité endurance.

Reste à la FIA de déterminer quelle puissance développera le V8 6,3 litres de la SLS GT3, selon la balance des performances habituelle (en général, un pilote essaie toutes les voitures et étalonne les performances pour que toutes aient la même chance). Une fois cette homologation validée, les premiers clients livrés, la légende pourra de nouveau s’écrire. Impatients d’y être. Sachez enfin que la 300 SL des années 50, qui est à l’origine de la légende, est aujourd’hui très recherchée ! Récemment, une Mercedes-Benz 300SL Coupe de 1955 s’est vendue aux prix de 625.000€ au Sports & Classics de Monterey en 2008. Un prix élevé, à comparer à celui d’une Mercedes-Benz 300SL Alloy Coupe de 1955, vendue elle 702106€ au Vintage Motors Cars d’Amelia Island en 2003. Voiture du siècle (elle a été élue ainsi par un jury international en 1999), la 300 SL fut produite à 1400 exemplaires. On estime qu’il en existe encore 70% aujourd’hui !