goodwood revival 2006

Goodwood Revival 2006 : so british !

goodwood revival 2006Pour célébrer dignement Phil Hill, mais aussi les microcars et le célèbre avion Spitfire, des milliers d’Anglaises et d’Anglais se sont retrouvés à Goodwood, pour une rencontre hors du temps…

La Formule 1, les 9 heures de Goodwood, le Tourist Trophy Sports Car Race. La piste de Goodwood a connu la lumière des projecteurs durant ses heures de gloire. C’était entre 1948 et 1966. En presque 20 ans, toutes les formules de compétition y sont venues. Tous les ans, le temps de 3 jours, ça bourdonne et ça ronronne en permanence. Dans les airs comme sur la piste, le spectacle est garanti dans cet endroit privilégié du West Sussex, préservé des méfaits du monde moderne. A l’image du Manc Classic, Goodwood est un spectacle d’époque, une rencontre avec le passé…

Une ambiance rétro inimitable, so british !
Goodwood Revival est le plus grand rendez-vous annuel de l’automobile ancienne, orchestré à la baguette par le maître des lieux, le comte de March. Les us t coutumes des années 50 deviennent, le temps d’un week-end, la norme. Les concurrents, mais aussi les spectateurs, adhèrent totalement à ce concept, n’hésitant pas à sortir des tenues d’époque. La prouesse des organisateurs est de proposer un lei qui se veut la copie conforme de ce qu’il était en 1948, à sa création. De nombreux pilotes ont bien compris la passion qui y existe : Depuis sa création, de nombreux héros des diverses formules de la course ont repris possession de la piste. Difficile de tous les citer. Mais rien que dans la catégorie des champions do monde de F1, nous pouvons citer sir Jack Brabham, Damer Нill, Phil Hill, Alan Jones, sir Jackie Stewart et sir John Surtees. Grand habitué des lieux également, sir Stirling Moss.

Le Comte de March, qui organise la manifestation, est très clair quant à l’orientation sportive de ce rendez-vous : « Vous ne disputez pas un championnat du monde. Amusez-vous, prenez du plaisir à piloter vos merveilleuses voitures, mais chaque pilote aura la responsabilité de la sécurité et par conséquent du succès du Revival » glisse t-il aux pilotes, lors du briefing..

16 plateaux sont organisés. Des modèles d’avant guerre dans le Brooklands Trophy, avec notamment la Napier-Bentley et la Bentley « Barnatto Hassan Spécial ». Dans le Sussex Trophy, on a pris plaisir à revoir Jean Marc Gounon. Prenant le départ de sa série (ndlr : le dimanche après midi) en fin de grille, au volant d’une Aston Martin DBR 2, il s’efforce pendant les 15 tours de la course à remonter le classement, pour terminer à la 2nde place. Une belle performance pour notre français !
alfa romeo 308c de 1938Phil Hill en invité d’honneur
Mais l’homme à l’honneur se nommait Phil Hill : Phll Hlll, premier champion du monde américain an 1961, triple vainqueur des 24 Heures du Mans avec Olivier Gendebien, a pu admirer 27 voitures qu’il a conduit au cours de sa carrière. De l’Alfa Romeo 8C de 1938 à la Chaparral Chevrolet 2F de 1967, de véritables trésors étaient en piste. « C’est un Immense privilège de revenir à Goodwood et de retrouver fa plupart de mes voitures. C’est aussi un grand honneur. Le circuit de Goodwood et moi-même avons fait un grand chemin ensemble. Je peux à peine croire que j’y suis venu pour le première fols comme stagiaire, en visite avec Jaguar et la société des carburateurs SU » comment l’américain.

Crédit photo : SRF241 et jane_sanders